Thumbnail
NL / FR / EN

 

Chatkol

 

   

Thumbnail Thumbnail

 

 

 

 

 

 

 

 

ThumbnailLe Bataille de Chatkol (28 Fev-3 Avr 1953)  
Par le Lieutenant-Colonel Gathy
(extrait du livre Les Belges en Corée du Lt-Gen Crahay)

 

 

 


Thumbnail

The cotombalers

Le 13 février 1953 je reprends le commandement du bataillon belge qui est mis aux ordres du 7e Régiment US. La position de Chatkol est la moitié orientale d’un croissant, qui se forme fera surnommer le BOOMERANG, et qui s’étend de HADONGNI à TAPKOL. Le croquis donne le déploiement initial du bataillon
 Les cinquante-cinq nuits à Chatkol (26 février au 21 avril)
On peut dire que les nuits de cette période furent toutes animées d’un accrochage ou d’une attaque ennemie, allant d’une reconnaissance de deux ou trois hommes à un assaut massif par un bataillon.
 Une escarmouche du 13 mars
Chacune des positions de compagnie est couverte par un poste de sécurité, baptisés : ALICE, BARBARA et CAROL Cet poste de sécurité sont occupés de jour  par trois hommes, la nuit par dix hommes. Dans la nuit du 12 au 13 mars  le prélude de l’attaque commença par les tirs habituels sur Alice, Barara et les compagnies A et B ; une heure avant l’assaut, tout le monde, y compris les occupants, sait qu’un raid contre Alice se prépare..Le poste est attaqué vers  0.15, l’ennemi arrive aux barbelés échange de rafale, nos hommes déversent une bonne ration de grenades défensives et se replient.
Consternation : le soldat Ostijn est manquant.  Je charge personnellement le chef du peloton Engelen de faire tous ce qui est humainement possible pour retrouver Ostijn, mort ou vif.Vers 6 heures la compagnie A annonce qu’un Chinois blessé rampe vers nos  lignes, ce ne peut être Ostijn car ce blessé est en vêtements kaki. Il raconte son aventure avant son départ pour le MASH(*).


 Il a en effet été assommé dans son trou par une explosion proche, quand il a repris connaissance, il s’est trouvé traîné sur le dos, pieds en avant, tiré par un Chinois au moyen d’un fils téléphonique. A un point favorable Ostijn d’un grand coup de pied au bon endroit, a envoyé le Chinois rouler dans un ravin et a rampé le plus loin possible du sentier.
 La disparition du capitaine P.Gailly
Le capitaine Pierre Gailly à son deuxième terme  en Corée faisait un vol de reconnaissance avec  un avion Air O.P. vers 11 h.  L’Avion a été abattu par une rafale de mitrailleuse AA. Aucune mouvement des débris de l’avion qui n’a pas brûlé, ne dévoile le moindre signe de vie du pilote ou du passager  Nos guetteurs l’ont vu tomber brutalement de 100 m d’altitude. Quelques Chinois ont voulu s’approcher de l’épave, mais une mitrailleuse de la compagnie A les a chassés.
Le matin suivante Etienne Gailly, son frère, sort avec 9 volontaires par le point Barbara pour retrouver des traces de survivants éventuelles  mais la patrouille rentre après 2 h, sans résultat. 
La nuit du 7 au 8 avril  fut une nuit de deuil pour le bataillon ; elle nous coûta 10 tués et 14 blessés belges, un tué et 4 blessé coréens.
La nuit du 18 au 19 avril. Vers minuit  c’est le gros coup.  Un message radio inquiétant parvient au poste de commandement (PC). L’observateur américain de la B signale que les chinois sont dans les tranchées. Sur notre appel,le capitaine Ledant, commandant de la B annonce heureusement quelques instants plus tard que le message de l’observateur américain est faux, j’ai la situation bien en mains mais j’ai beaucoup de tués et blessés. ; renforcez les barrages. Nos barrages donnent à 150 coups à l’heure par pièce, et comme l’attaque chinoise durera probablement toute la nuit, on ne peut pas penser à augmenter le débit. Les assauts ennemis sont stoppés à nos dernière barbelés, à environ 25 m de nos tranchées.
Message de félicitations par le commandant du 9e Corps US Le lieutenant Général Jenkins :
Je site à mes ordres personnels le Bataillon belge pour la défense décidée de son secteur en face d’une lourde attaque pendant les premières heures du 19 avril 1953. Les actions d’éclats, la détermination et l’esprit de décision destructive avec lesquels vous et vos troupes avez brisé cette attaque par un feu écrasant de toutes vos armes indiquent un haut état d’entraînement et d’esprit ainsi qu’une grande qualité de conduite qui suivent les meilleures traditions militaires ; elles font rejaillir un grand honneur sur les Armes Belges. Le nombre incroyablement bas de pertes subies par votre unité sous un bombardement d’une extrême violence  et importance indique la maîtrise et l’efficacité avec le quelles vous avez fortifié votre secteur. Veuillez transmettre mes félicitations et mon admirations professionnelle à tous les membres de l’unité.
(*)Un mot sur MASH (hôpital chirurgical mobile d’Armée
Un homme est blessé dans une compagnie : immédiatement, il se donne une piqûre de morphine, ou un camarade se charge de lui donner ; Si la blessure est très grave et si le blessé perd beaucoup de sang, il reçoit à sa compagnie un premier flacon de plasma en même temps qu’un pansement sommaire ; Une des jeeps-ambulances en service permanent dans les compagnies charge le blessé et l’amène à l’infirmerie du P.C bataillon, le médecin est alerté et a pu se rendre compte par sa conversation téléphonique que le cas est grave : il aussitôt demandé un hélicoptère au MASH 44 installé à 25 km de nous ; vingt minutes plus tard, l’hélicoptère se pose sur notre piste ; il attend le blessé, car ce dernier vient à peine d’arriver au PC ; examen rapide du médecin, pansement, chargement dans une alvéoles en plexiglas et notre blessé s’envole vers le MASH où des  équipiers de chirurgiens de grande classe l’attendent .Si tout se passe normalement un blessé peut se trouver sur la table d’opération moins de quarante minutes après avoir reçu sa blessure.

 
 

 

 

CAESTEKER M.

Sgt

09/03/53

 CHATKOL

LEEMANS K.

Kpl

09/03/53

CHATKOL

SCHELFHOUT R

Sdt

09/03/53

CHATKOL

VERBERNE  F

Cpl

09/03/53

CHATKOL

GOUBET P.

Cpl

10/03/53

CHATKOL

AMOND E.L

Sdt

20/03/53

CHATKOL

DEFRAINE A.

Sdt

20/03/53

 CHATKOL

DENYS W.

Sdt

25/03/53

 CHATKOL 

JANSSENS H

Sdt

25/03/53

CHATKOL

SCHOENMAEKERS L

Sdt

25/03/53

CHATKOL

WATRISSE J

Sdt

06/04/53

CHATKOL

BOSMANS D.

Sdt

08/04/53

CHATKOL 

BRAECKMAN C.

Sdt

08/04/53

 CHATKOL

COMPTARD C.

Cpl

08/04/53

 CHATKOL

DE GEEST G.

Sdt

08/04/53

 CHATKOL

DE MOL O.

Sdt

08/04/53

 CHATKOL

JASPAERT M

Sdt

08/04/53

CHATKOL

LELANGUE A.

Sgt

08/04/53

CHATKOL

LEMAIRE R.

Cpl

08/04/53

CHATKOL

PARIS W

Sdt

08/04/53

CHATKOL

PAUMEN A

Sgt

08/04/53

CHATKOL

VERHEYDEN J.P

Sdt

08/04/53

CHATKOL

PIERAR A

Kpl

19/04/53

CHATKOL

THOMAS R

Sdt

02/05/53

CHATKOL

CLAESEN F.

Sdt

7/05/53

 SANGDONG-NI

CANTARELLA A.

Kpl

11/05/53

 CHATKOL -MUNAM-NI

LIEKENS L.

Sdt

25/05/53

SANGDONG-NI

VERDONCK G

Kpl

25/05/53

SANGDONG-NI

RENSONNET D

Sdt

11/06/53

SANGDONG-NI

NAUTS  M

Cpl

25/06/53

SANGDONG-NI

BARDIAUX R.J

Sdt

01/07/53

CHATKOL

BURNIAUX J.J.

Sdt

03/07/53

 PAUMOL

FRERE L.

Sdt

12/07/53

CHATKOL

GAILLY P.

1Lt

30/03/53

vermist te Chatkol

 

 

Soldats coréens du bataillon belge 

 

CHA YONG HWAN

Sdt

19.12.52

CHATKOL

KIM KUY YUNG

Kpl-Cpl

25.03..53

CHATKOL

KIM HOYN

Sdt

08.04.53

CHATKOL

 

 

Citation  à l'ordre du jour belge (*)

 
 A cet époque :Le bataillon était incorporé au 7è US Régimen
Extrait du journal " Frontline
Thumbnail
Distinctions honorofiques Individuelles (Cliquez ici)
Le fameux "Piton" PAPPASAN  50 ans plus tard

 

Thumbnail

Source : Travel links in Korea