Thumbnail
NL / FR / EN

 

Haktang- ni 

 

   

Thumbnail Thumbnail

 

 

 

 

 

 

 

ThumbnailLes Combats de Haktang Ni du 9 au 13 octobre 1951 (extrait l'article du lieutenant-colonel

commandant du bataillon Belge sur la position de Broken arrowy B.E.M Vivario (+)

 

 


Thumbnail

Le Com 3 US avait décidé de faire occuper le bataillon belge réduit à 560 hommes en base de patrouille les collines de Haktang-Ni afin de faciliter les reconnaissances et d'assurer le débouché dans la plaine si l'offensive était reprise. Le bataillon réduit à 56 hommes était composé de recrues pour les pur les 4/5e;Il disposait cependant d'un noyau ayant l'expérience du combat. Les tirs d'une pièce de 76 mm chinois atteignant à chaque coup soit la Cie B soit la Cie C, soit la poste de commandement. Un coup particulièrement malheureux frappant les rochers au-dessus d’un peloton de la compagnie C tua le sous lieutenant Van Driessche, le 1er sergent Schouterden et les soldats Van Pynbroeckx et De Groote ; dans le courant de l’après-midi ce tir blessait encore neuf hommes dont cinq Coréens. 
Il me faut ici signaler un fait montrant le dévouement des soldats Coréens qui, attachés comme porteurs de bataillon et admis au début avec réticence, devaient par leur courage et leur loyauté conquérir notre confiance et occuper au sein des compagnies une place importante. J’étais dès l’arrivée des premières bombes, entré avec mon radio dans un trou de fusilier où se trouvaient déjà fort à l’étroit in brancardier belge et son aide coréen ; celui-ci me voyant en béret me mit son casque sur la tête sans se soucier de sa propre sécurité.

Dpuis le 22 avril à l’Imjin c’était la première fois que les Chinois entamaient une opération avant la nuit complète. Dès que nous estimâtes ces troupes arrivées à l’abri du 317 violente concentration d’artillerie les prit à partie, concentration répétée par intermittence toute la nuit.
La première alerte fut donnée par des coups de feux des sentinelles du peloton de pionniers. Les Chinois arrêtés par le feu à bout portant des lance-flammes, de quelques pionniers sous les ordres du sergent Caudron et du fusil-mitrailleur du soldat Klaussing que devait être tué sur son arme peu après.
Simultanément de nombreux ennemis s’étaient engagés entre la compagnie armes lourdes et la compagnie B et attaquaient ces compagnies et le PC du bataillon. Le lieutenant Dehalleux de la compagnie armes lourdes, inquiet du sort de l’équipe de repérage d’artillerie américaine qui se trouvait à l’extrémité nord de sa position, se porta à leur aide et tomba mortellement frappé.
A ce moment la situation de la compagnie était réellement critique. Elle était attaquée de toutes parts et soumise à un violent tir de mortiers. Son peloton de pionniers était aux prises avec un ennemi quatre ou cinq fois plus nombreux et qui l’avait partiellement coupé du PC de la compagnie.
D’autre part, coordonnées par des fusées partant successivement de l’ouest, du nord et de l’est, des attaques soutenues par mortiers et mitrailleuses se déclenchaient sur le restant du bataillon. Mis au courant par le capitaine Dargent, commandant la compagnie armes lourdes, de sa situation, je ne pouvais que lui redire l’ordre de tenir à tout prix cette position essentielle, sans pouvoir lui promettre d’autres secours que des barrages d’artillerie qui l’encagèrent bientôt au plus près. Entre-temps l’ennemi  avait pénétré dans la position couvrant le PC et occupait fortement la crête entre celui-ci et la compagnie d’armes lourdes. Sa présence empêchait l’envoi de renforts en munitions ou en hommes l’évacuation des blessés. Grâce à Dieu, le capitaine Dargent, dont l'esprit de décision et le sang-froid communicatif devait tirer le bataillon de ce mauvais pas, avait immédiatement repris la situation bien en mains ; plaçant lui-même à son PC, simple trou au sommet du piton, une mitrailleuse face au sud il couvrait les pionniers auxquels ils donnait l’ordre de se replier vers le sommet. Ils arrêtèrent à bout pourtant plusieurs assauts Chinois.
Il est toujours un peu illusoire de vouloir reconstituer le plan de l’ennemi après la confusion de tels combats. Cependant l’ensemble des pertes faites par l’ennemi, les unités signalées aux cours des combats, le nombre et l’origine des signaux lumineux permettent de conclure que les chinois avait monté une opération de plusieurs bataillon .Il semble que le plan de celle-ci consistait dans la prise par une force de trois compagnies du piton de la Cie armes lourdes. Une fois celui-ci conquis et servant de base de feu les autres unités, qui dés le début avaient engagé les compagnies C et B, seraient à l’attaque générale.
 Triste épilogue en partant de Broken Arrow le lieutenant Pierre Francisse  commandant en second de la AL  vois son ami le lieutenant Etienne Gally descendre le dernier de sa compagnie, quand tout à coup « Paf » il  saute sur un piège lumineux abandonné. Pauvre Etienne, pas de veine. Il n’était pas touche gravement, mais qui devait coûter à notre excellent marathonien et à la Belgique l’espoir de gagner le prochain Marathon Olympique.

 

Morts aux champs d'honneur

 
* BOGAERTS F.   Sdt   10/10/51   HAKTANG-NI  
* DEGROOT C.   Sdt   11/10/51   HAKTANG-NI   
* SCHOUTERDEN C .   1 Sgt 11/10/51   HAKTANG-NI  
* VAN DRIESSCHE W .   OLt   11/10/51   HAKTANG-NI  
* V.PUYMROECK A .   Sdt   11/10/51   HAKTANG-NI  
* CHIRY J.   Sdt   12/10/51   HAKTANG-NI  
* DEPREE J.   1Sgt    12/10/51   HAKTANG-NI  
* CAUDRON C.   Sgt   13/10/51   HAKTANG-NI  
** de HALLEUX J.   OLt 13/10/51   HAKTANG-NI  
*KLAUSING R.   Sdt   13/10/51   HAKTANG-NI  

 


 

Citation  à l'ordre du jour belge (*) 

Le Bataillon de Corée fut cité pour ces trois jours de combat par le Président de la République de Corée. Il fut également cité aux ordres de l'Armée belge dans des termes suivants:
Article 1 : - Le Corps de Volontaires pour la Corée est cité à l'Ordre du Jour de l'Armée pour :
" Installé en base de patrouilles, complètement isolé à 3 kilomètres devant des lignes des NATIONS-UNIES,  sur les collines surnommées " BROKEN ARROW  à HAKTANG-NI (Corée) le  corps de Volontaires pour la Corée a résisté héroïquement au cours des journées des 11 au 13 octobre 1951 aux assauts répétés de troupes chinoises très supérieures en nombre.Malgré son effectif réduit, a réussi, après trois jours de durs combats, à maintenir sa position intacte en infligeant à l'ennemi des pertes sévères"
   " Cette citation entraîne l' inscription " HAKTANG-NI (COREE) " sur le drapeau de cette unité."
Article 2 : - La fourragère 1940 est attribuée au drapeau du Corps  de Volontaires pour la Corée, qui a déjà fait l'objet d'une première citation à l'Ordre du jour de l'Armée, par arrêté  n° 447 du 4 janvier 1952.
Article 3 - Notre Ministre de la  Défense Nationale est chargé de l'exécution du présent arrêté.
Donné à Bruxelles, le 25 juin 1953
Signé  BAUDOUIN

(*) Extrait du livre " Les Belges en Corée" du Lieutenant-Général Albert Crahaye²² 

Distinctions honorifiques individuelles

(uniquement en version anglais -extrait du site web Hendrickx Corner )
Citation of Captain Dargent, Heavy Weapons company :

"Has been, competently and authoratively, in command of the Heavy Weapons company since its establishment. Has in all circumstances shown good judgement and calm valour which he managed to convey to his entire unit. He was charged to defend, with two platoons of his company, an isolated rocky hill that overlooked the positions of the battalion. In this perimeter he withstood severe assaults by a supernumery enemy, inflicting heavy casualties on them and destroying all that had entered the perimeter. He thus saved the entire battalion from possible destruction. During these actions, he personally moved the reserve machine gun of his unit to a new location and halted the enemy attack a few metres from his command post."
 
Corporal Deprins, pioneer platoon, was awarded the War Cross with palm (07-05-52) :

"Has, on the night of 12 - 13 October, in an advanced position, shown total disregard of danger. After having emptied all magazines of his machine gun, he tried to stop the enemy's attack with his flamethrower. When the weapon malfunctioned, he maintained his cool and covered his fellow combattant's flamethrower by aiming several hand grenades at the enemy. Through lack of ammunition, he withdrew to his platoon's subcommander and borrowed hand grenades of him. This allowed him to save the lives of the subcommander and his section chief during the withdrawal : when he was situated in a pit with his two fellow combattants, he noticed a Chinese standing above him, automatic rifle at the ready; he withdrew the pin on a grenade and calmly lay the grenade between the feet of the enemy who was killed."
 
Citation of Sergeant Caudron, pioneer platoon, posthumously awarded the Order of Leopold II, knight class with palm and the War Cross with palm (16-11-51) :

"In the night of 12 - 13 October, he remained at the head of his platoon till the last minute and withdrew as its last man to the command post, thus covering the withdrawal of his platoon. Severely wounded during this action, he died of his wounds later that night."
 
Citation of Private Klausing, Heavy Weapons company, posthumously awarded the Order of Leopold II, knight class with palm and the War Cross with palm (16-11-51) :


"In the night of 12 - 13 October, (he) covered the flamethrowers with accurate and sustained fire from his machine gun; he inflicted heavy casualties on the enemy at very short range; he was killed in his post during this action."

Private Raussin, Heavy Weapons company :

"During an assault by the enemy, attacking the company's command post from the rear, he moved his machine gun on his own initiative and stopped the enemy attempt by heavy and continuous fire."
 
Corporal Friedrich, pioneer platoon ? :

"Protected, with calm and great coolness, the withdrawal of his platoon with heavy and sustained fire from his automatic rifle; inflicted heavy casualties on the enemy from short range."
 
Private Van Looy, pioneer platoon, received the War Cross with palm (07-05-52) :

"In the night of 12-13 Oct. 1951, at Haktang-Ni, on guard in the southern advanced post, he stopped the first enemy assault through his coolness and complete disregard of danger, firing his flamethrower at a range of 15 metres. This action completed, he used his automatic weapon to cover the retreat of his platoon commander."
 
Sergeant Goossens, Heavy Weapons company :

"Covered the withdrawal of the pioneer platoon by heavy and sustained fire from his gun and prohibited an enemy attack on the company command post. His total disregard of danger allowed him to complete his mission, i.e. the protection of the command post during the entire night."
 
Warrant Officer Debuck, C-company :

"Designated to take a patrol to reconnoitre enemy positions on 13 October 1951. Despite fire from light armament, automatic fire and mortar fire which was aimed at his platoon from three sides, he accomplished his mission calmly, intelligently and accurately. Has returned his platoon to the friendly lines without losses thanks to his cool and his influence on his men."
Later, during an attack on the batallion's positions on 14 December 1951, this senior NCO received the Military Decoration (Art. 4), 1st class, with palm (07-05-02) :
"Excellent platoon commander, already cited in the Battalion's Orders for 13 October 1951. On 14 December 1951 at Nurum-Kogea, he volunteered to, accompanied by three men, take a Chinese observation post. Showed extraordinary courage and coolness during this patrol and was wounded by four machine gun bullets."
Later, commissioned and a 2nd Lieutenant, he would also receive the Order of Leopold II, officer class, "for his courage whilst serving in the volunteer corps in Korea with the United Nations" (11-08-55).
 
Sergeant Van Tongerloo, C-company :

"Accompanied a reconnaissance patrol as observer. Managed to signal accurate details on the enemy positions despite being under fire from mortars and automatic weapons firing at the patrol from three directions."
 
Sergeant Gadeyne, C-company  by then promoted to 1st Sergeant received the War Cross with palm :

"In Korea, serving with the United Nations for over two years, first as section chief, then as assistant platoon leader. Has participated in all operations of the volunteer corps and a large number of day and night patrols showing in all circumstances authority, coolness and determination. On 13 October 1951, at Haktang-Ni, in command of a reconnaissance patrol, he managed with determination and skill to execute completely the mission entrusted to him and to extract his unit despite heavy fire from mortars and automatic weapons coming from three sides."